les bienfaits du sport pour un TDAH

Tout le monde sait que le sport est source de bien-être, et pour les TDAH c’est une source de bénéfices supplémentaires.POURQUOI?

Il est une notion que l’on ignore et qui fait que l’on ait du mal à comprendre un TDAH:

au niveau physiologique, les TDAH présentent un déficit de certains neurotransmetteurs ( hormones agissant au niveau du cerveau). Principalement la dopamine ( hormone du plaisir) et  la sérotonine ( hormone qui régule l’impulsivité et la bonne humeur).

Les conséquences les plus visibles de ce déficit sont le manque de concentration pour des activités qui ne génèrent pas de plaisir pour l’individu TDAH et aussi une difficulté à gérer ses émotions.

Revenons au sport:

L’activité sportive permet une sécrétion supplémentaire de dopamine et de noradrénaline…ce qui fait le bonheur de nos TDAH; cela représente pour eux une source naturelle des neurotransmetteurs dont ils ont besoin pour se concentrer à l’école ou au travail, et pour être moins impulsifs ainsi que pour retrouver une facilité d’endormissement.

D’autre part, les sports pratiqués demandent un respect de règles précises ainsi que le respect des autres…qui sont une difficulté supplémentaire pour eux.

Pratiquer un sport pour un TDAH, vous l’avez compris, est vraiment essentielle.

Mais attention à ce que cela soit toujours une source de plaisir; ainsi cela encouragera sa satisfaction et sa motivation afin d’accéder à une réussite indispensable à sa confiance en soi.

Quels sports privilégier? TOUS! Les sports d’équipe, individuels ou de combat.

Pour exemple, le témoignage de la maman d’un champion olympique de natation:

A Rio, Michael Phelps est entré un peu plus dans la légende des Jeux Olympiques.

A Pékin, en 2008, il avait établi le record du nombre de médailles d’or sur une olympiade : 8 titres de champion olympique en 8 épreuves. En 2016, il termine sa carrière sur un total de… 28 médailles aux JO, dont 23 médailles d’or, qui en font le sportif le plus titré et le plus médaillé de l’histoire des JO.

Alors, avec un tel palmarès, on pourrait être tenté de se dire que son succès était tout tracé, non ? Un physique rare, parfaitement adapté à la natation, une discipline sportive démarrée tôt, un enfant repéré de façon précoce par un entraîneur de talent…

Pourtant, sur son chemin, Michael Phelps a rencontré et surmonté une difficulté que bien d’entre vous connaissent : enfant, il est diagnostiqué hyperactif. Trouble de l’attention avec hyperactivité, TDA-H, pour être précis. Un trouble qui l’a bien entendu gêné à l’école… mais aussi en natation.Voici ce qu’en dit sa maman, Debbie Phelps :

“Un jour, un de ses enseignants m’a dit que Michael était incapable de se concentrer sur quoi que ce soit”. Alors Debbie décide de l’emmener chez un spécialiste… et le diagnostic tombe : TDA-H.

“J’ai senti le sol se dérober sous mes pieds. Et puis ça m’a donné envie de montrer à la terre entière qu’ils avaient tort. Je savais qu’en soutenant Michael il pourrait réussir tout ce qu’il déciderait d’accomplir”

Elle a ainsi commencé à s’engager auprès de l’école de son fils pour qu’il obtienne le soutien dont il avait besoin

“Chaque fois qu’un enseignant me disait “Michael ne sait pas faire ci ou ça” je lui répondais “D’accord, et que faites-vous pour l’aider ?”

3 exemples :

  1. En classe, Michael Phelps ne cessait de piquer le cahier de son voisin de table. Sa mère a demandé à ce qu’il soit assis seul à une table
  2. L’entendant râler qu’il détestait la lecture, Debbie a commencé à lui donner à lire la section sport du journal, puis des livres parlant de sport
  3. Voyant qu’il ne s’en sortait pas en maths, elle lui a pris des cours particuliers en demandant au jeune étudiant de lui poser des problèmes qui l’intéressaient “Combien de temps te faut-il pour parcourir 500 mètres, si tu nages 3 mètres par seconde ?”

Pendant les compétitions de natation, la mère de Michael Phelps lui a patiemment appris à rester concentré, en insistant sur les conséquences de son comportement. Elle se rappelle ainsi du jour où, à 10 ans, il est arrivé 2ème d’une course et en a jeté ses lunettes de rage sur le bord de la piscine

“Sur le chemin du retour, je lui ai rappelé que le fair play était aussi important que de gagner. Alors on s’est mis d’accord sur un signal que je pourrais lui faire des gradins : chaque fois que je lui faisais un C avec mes mains, ça voulait dire “Calme toi, garde le contrôle”. Chaque fois que je le voyais commencer à s’énerver, je lui faisais un C… et un jour c’est lui qui m’a fait un C quand je m’énervais en préparant le dîner à la maison !”

Ce que Debbie Phelps a remarqué, c’est que le comportement de son fils s’est calmé et qu’il a développé une auto-discipline de plus en plus forte à mesure que sa passion pour la natation grandissait

“Ces 10 dernières années, il n’a jamais raté un jour d’entraînement. Même le jour de Noël, la 1ère chose qu’il fait, c’est d’aller nager parce qu’il adore ça”

Debbie Phelps raconte aussi qu’elle a écouté et fait confiance à son fils, même quand elle avait un doute. A 12 ans, il a voulu arrêter les médicaments qu’il prenait depuis 3 ans pour contenir son hyperactivité. Malgré son appréhension, elle a accepté d’essayer… c’était le bon moment et cela s’est bien passé. L’agenda de Michael très structuré par les entraînements et les compétitions suffisait à le canaliser et lui a permis de rester concentré sans traitement.

Et du côté de l’école ? Il a poursuivi ses études jusqu’en fac : inscrit à l’Université du Michigan, il en est sorti major en marketing du sport 😉 

La “morale” de cette histoire?

Oui, un individu TDAH peut présenter des difficultés dans certains domaines, mais il a sûrement des capacités dans d’autres domaines encore inconnus.

Alors écoutons et regardons nos enfants TDAH et laissons-les exprimer leurs besoins; ainsi, nous pourrons les guider vers des activités qui pourront révéler chez eux un potentiel ou une passion .

N’oublions pas, le TDAH est un être qui réussit dans la motivation et le plaisir…Pensez-y!

Pour comprendre le “fonctionnement” d’un TDAH, vous pouvez faire quelques séance de coaching; cela vous donnera une aide exceptionnelle pour rétablir une bonne communication avec vos proches TDAH et ainsi trouver des solutions pour l’ensemble de la famille et rétablir une harmonie et de la sérénité au sein de la famille.

N’attendez pas que les choses n’empirent…

Contactez moi au 058.779.26.14.

A très bientôt.