Comme promis, voici le résultat de notre dernier sondage…

D. merci, 89% d’entre vous êtes dans le vrai, évidemment que nous voulons faire de nos enfants des adultes épanouis mais la façon dont nous nous y prenons est-elle la bonne? Est ce que nous n’avons pas plutôt tendance à les “dompter”?

Quand des parents m’appellent pour que je fasse du coaching auprès d’eux ou de leurs enfants, j’entends souvent dire “il ne m’obéit pas et veut faire ce qu’il veut”.

Est ce qu’un enfant qui n’est pas docile représente obligatoirement un enfant à problème?
Est ce que l’éducation que nous donnons à nos enfants se résume-t-elle à un “cahier des charges” qu’il doit remplir pour nous faire plaisir et nous démontrer que nous sommes considérés comme des bons parents?
Est ce que ce que nous exigeons à nos enfants, le réalisons nous nous-mêmes?

Pour commencer à répondre, j’aimerais donner un exemple que je rencontre souvent, l’Alyah d’une famille en Israël montre souvent une perte de repères sociaux, linguistiques et professionnels chez les parents. Cependant ils exigent souvent de leurs enfants qu’ils s’intègrent rapidement au nouveau système scolaire, qu’ils restent bons élèves malgré la langue différente et le rythme scolaire en décalage. Pour la simple raison, que ce sont des enfants ils devraient s’intégrer plus vite et ne pas avoir de difficultés…c’est sans compter la sensibilité, les émotions, les outils mis en place et les réactions qu’ils peuvent avoir à leur échelle d’enfants.

Ainsi, en tant que parent, on a souvent tendance à dire “fais ce que je te dis” mais sans pour autant tenir compte de la difficulté à le réaliser.
Cela s’appelle DOMPTER.
EDUQUER voudrait plutôt dire que ce que nous exigeons de nos enfants, nous l’avons déjà réalisé et ainsi nous sommes conscients des difficultés pour y parvenir et sommes donc à même d’accompagner nos enfants par des conseils, des encouragements et des solutions…

Ainsi l’éducation n’est pas une fin en soi mais plutôt un accompagnement des parents qui donnent des outils, des valeurs, de la patience et de la tolérance à leurs enfants pour en faire des adultes épanouis.

Cela voudrait il dire que nous n’avons rien à exiger de nos enfants et que nous sommes d’égal à égal dans le respect et l’autorité?
NON
Quand l’enfant est tout petit, il s’agit de lui donner des consignes claires, explicites et réalisables pour ses capacités.
Quand l’enfant est en âge d’analyser, de comprendre par lui-même (cela arrive plus tôt qu’on ne le croit!), instaurer avec lui une communication faite de conseils qu’il est libre de suivre ou non, de valeurs et d’outils qui le rendront autonome et le laisser assumer ses actes. Ainsi de lui-même, il viendra chercher chez ses parents des conseils qu’il fera siens car ce ne seront pas des ordres.

En fait, l’éducation commence avec l’objectif que nous décidons d’avoir pour nos enfants
en faire des enfants bien élevés qui feront de nous des parents “extraordinaires” aux yeux de la société .
ou alors, leur donner toute notre expérience, nos valeurs , notre richesse, qu’ils pourront utiliser quand et comment ils le veulent pour faire leurs propres choix et ainsi acquérir leur propre expérience d’adulte épanoui.

A vous de choisir votre objectif !